PIÈGES À ÉVITER...
  

 

Histoire de la fluorine

Le Livre de Valzergues
E.Guillou Gotkovsky
Critiques
Où trouver le livre?

Les mines de fluorine

Autres mines

Mines étrangères

La Vidale - Asprieres

 

Gilles Emringer, collectionneur

MultiAxes

Spathfluorminerals

 

Collections de fluorine

Constituer une collection

Pièges à éviter

 

Espaces "membres"

Remerciements

Documentation recherchée

Actus / Liens

Contacts

 

Espace industrie

Plan du site complet

PIÈGES À ÉVITER...

 

La rubrique présentée ici n'est pas là pour nous faire jouer un rôle de "justiciers de la minéralogie", mais juste afin de vous montrer quelques modifications, arrangements ou contrefaçons que nous sommes tous susceptibles de rencontrer un jour.

On peut distinguer plusieurs catégories :

La synthèse: Prenez du sel de cuisine (NaCl), dissolvez quelques grammes dans de l'eau (50ml) et une fois la dissolution totalement effectuée, coulez votre mélange dans un ramequin que vous oublierez volontairement sur le haut d'une armoire, par exemple (lieu immobile - théoriquement!). Lorsque toute l'eau se sera évaporée, vous retrouverez des beaux petits cristaux cubiques.
Le même système, à l'échelle industrielle (et avec des techniques considérablement plus développées - procédé Verneuil...) permet de former des cristaux de rubis (utilisation pour les lasers), des diamants (très petits et utilisés comme abrasif pour les scies)... On voyait, il y a quelques temps, des cristaux de sulfate de cuivre qui étaient spectaculaires...mais qui ont été interdits de commercialisation à cause d'empoisonnement chez de jeunes enfants.

 

Fluorine de synthèse
Fluorine de synthèse
Fluorine(?????)
Pièce provenant des Pays de l'Est. Aucune localité signalée!!!
Dans le cristal, des germes sont visibles...Ils sont la base de la cristallisation.

Améthyste de synthèse
Améthyste de synthèse
Quelques doutes peuvent subsister : cette améthyste est une pièce de synthèse... mais l'identification est peu aisée.
u


Quartz de synthèse
Quartz artificiel
Quartz artificiel
Monocristal de quartz de synthèse - 20 cm de longueur
u

sulfate d'aluminium et de magnésium
sulfate d'aluminium et de magnésium
sulfate d'aluminium et de magnésium
Certains se sont fait une spécialité de la synthèse jusqu'à en faire le commerce. Ci-dessus, un sulfate d'aluminium et de magnésium qui ressemble à du soufre.
Tout est permis du moment que l'on prévient!

 

Chalcanthite
Chalcanthite

"Classique" chalcanthite de synthèse, faite à partir de sulfate de cuivre II en solution. Le commerce aurait été interdit pour cause d'empoisonnement de jeunes enfants qui auraient porté le cristal à la bouche...

 

Dans le domaine de la synthèse et de l'imitation, nombreux sont les exemples que nous pouvons trouver dans le domaine des pierres précieuses. Le minéral principal qui donne lieu à des imitations est, bien entendu compte tenu de son prix élévé, le diamant.
Une bonne imitation est l'oxyde de zirconium, dont la brillance et les feux se rapprocheznt assez bien du diamant.

Oxyde de Zirconium
Oxyde de Zirconium (Coll. Lydia Guillou)
Oxyde de zirconium.

Les synthèses ne datent pas d'hier. De tous temps, l'homme à cherché à imiter la nature, notamment en ce qui concerne les richesses les plus rares. Les Egyptiens avaient décidé d'utiliser des verres à la place de minéraux (pour leurs parures...). La synthèse n'avait pas toujours pour dessein de tromper... Les industries sont demandeuses de synthèses : le diamant de synthèse est l'exemple le plus connu, pour son emploi dans les scies.

Des minéraux fabriqués au 19ème siècle sont visibles à l'Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris. Voici quelques exemples:

Echantillon synthétique

© Musée Ecole des mines de Paris

Echantillon synthétique

© Musée Ecole des mines de Paris

Echantillon synthétique

© Musée Ecole des mines de Paris

Une des toutes premières émeraudes synthétiques
(19 ème siècle)

 

Echantillon synthétique de
" chromate de baryte cristallisé "
de Le Bourgeais. 1879

 

Echantillon synthétique de ferro-tungstène
fabriqué à l'Ecole des Mines de Paris
par H. Le Chatelier.

 

Synthèse des minéraux des roches

© Musée Ecole des mines de Paris

Synthèse des minéraux des roches

© Musée Ecole des mines de Paris

Synthèse des minéraux des roches

© Musée Ecole des mines de Paris


Synthèse des minéraux des roches par F. Fouqué et Michel Lévy, Paris, 1882. Page de garde

Figure 1: leucotéphrite artificielle.
Figure 2: basalte artificiel
Figures avec un calque soulignant les formes des cristaux dans les roches artificielles obtenues

 

Le spécimen irradié : Il s'agit de donner une apparence plus "commerciale". L'exemple typique est le quartz morion de l'Arkansas. Initialement, il est blanc, limpide... et après irradiation gamma, il est noir et brillant. Dès lors, il se vend mieux grâce à quelques heures d'intervention humaine... L'irradiation naturelle, par contre, prend plusieurs milliers d'années : quart morion du Massif Central, quartz fumé alpin... Comment reconnaître l'irradié naturel de l'irradié artificiel? Nous ne faisons que donner des pistes...

Le spécimen chauffé : Phénomène classique et "admis" (sous certaines réserves, notamment celle de prévenir l'acheteur!) en gemmologie. Les exemples les plus communs sont :
-l'améthyste que l'on passe dans un four pendant quelques heures, et qui prend un teinte citrine. En fait, la chaleur à provoqué une transformation des ions Fe2+, responsables de la couleur violette, en ions Fe3+ qui donnent au minéral la couleur ocre-jaune (intensité de la teinte qui est fonction de la concentration en ions Fe). Le spécimen est donc ensuite taillé et vendu sous le nom de citrine...logiquement, le vendeur devrait préciser s'il s'agit de la citrine naturelle ou artificielle. Ce qui ne permettra pas de confusion, par contre, est la pierre appelée"améthrine" qui est en partie violette et qui présente un autre pôle du cristal couleur citrine. Ce minéral a été formé dans de conditions naturelles... et ceci est sûr, car le moyen d'obtenir ces deux couleurs artificiellement sur un même cristal, n'a pas encore été trouvé!
-la topaze : bien bleue, elle est fort possible qu'elle ait été chauffée. Mais il existe des topazes bleues non chauffées... en quantité nettement plus rare ...
Les exemples sont nombreux...

Topaze naturelle
Topaze naturelle - Virgem de Lapa, Minas Gerais, Brésil
Topaze chauffée

Topaze bleue : à gauche (photos 1 et 2), le spécimen n'a pas été chauffé et est présenté tel quel. Provenance: Virgem de Lapa, Minas Gerais, Brésil.
A droite, un exemplaire de topaze chauffé, dont la couleur est soutenue. Des clivages sont survenus lors de l'opération.

 

Le spécimen recollé (en place) : Cela se produit pour des spécimens de grande rareté, ou bien ceux auxquels le collectionneur attachera une importance sentimentale par exemple. Certaines fluorines roses du Massif du Mont-Blanc ont été remises en place sur les quartz fumés sur lesquels elles s'étaient développées. On peut voir aussi l'exemple avec l'émeraude sur gangue...L'honnêteté voudrait que l'on signale cette réparation lors de la vente. Il en est de même pour les spécimen à gangue consolidée pour éviter que toute la pièce ne se transforme en puzzle.

Malachite de synthèse
Malachite de synthèse

Malachite "malachitée"! De la poudre de malachite a été collée sur une pièce qui devait avoir des défauts (cassures, partie abîmée...).
La gangue est bien dela malchite, et la couche supérieure aussi... mais entre les deux se trouve une petite couche de colle!
hématite de Binen -Valais-Suisse
hématite de Binen -Valais-Suisse
hématite de Binen -Valais-Suisse
Une hématite de Binen -Valais-Suisse. Une pièce peut rester longtemps en collection avant que le propriétaire ne se rende compre de la
supercherie. Ici, 3 roses d'hématite (sur 4!) ont été recollées à l'aide d'un ciment fabriqué avec la poussière de la gangue du minéral. Le temps
aidant (ou n'aidant pas!), la couleur du ciment a évolué et sa texture également...
u

 

 

Le specimen collé...plus en place: on les trouve en fonction de la culture minéralogique des fabricants. En effet, certains n'oseront pas associer une fluorite à une agathe!!!! mais d'autres oseront des associations plus subtiles tout à fait plausibles : l'association de 2 mineraux d'une même formation géologique, mais de lieux différents...

Specimen mineralogique  recollé
Specimen mineralogique  recollé
Specimen mineralogique  recollé

La pièce est très esthétique... mais le cristal principal a été collé sur la gangue de grenats. La jointure a été camouflée avec de la poudre de la gangue afin qu'aucune bavure de colle ne soit visible.

Dans le même genre et très courrant, on trouve les "géodes Berbères" : il s'agit de géodes de calcédoine dont l'intérêt minéralogique est limité, et dont on a tapissé l'intérieur de cubes de galène de tailles différentes. Ceci est fait en déposant un film de colle puis en plaçant quelques cubes obtenus par clivage naturel de la galène. Le reste de la géode est alors rempli avec des résidus de clivage de la galène, qui vont se coller dans les zones non encore occupées. C'est l'archétype du "faux"...

Galène dans une géode
Galène dans une géode
Galène dans une géode

Ci dessus : galène "pilée" collée à l'intérieur d'une géode de calcedoine marocaine.
La galène a été fixée là où la colle était, et parfois le tapis de galène n'est pas homogène (photo de droite). Des spécimens plus "élaborés" sont également disponibles : des cubes plus important en taille sont d'abord déposés individuellement, puis les zones restantes sont recouvertes de petites cristallisations qui se déposent au hasard. On a ainsi des pièces plus esthétiques...

Il est à noter que certains spécimens minéralogiques ont été immergés dans des eaux chargées en certains éléments qui ont fini par se déposer sur les cristallisations déjà existantes.Ceci s'est fait dans certaines mines. On a ainsi des associations totalement impossibles mais seul un oeil averti et une connaissances des gisements peuvent le détecter... mais cela reste "sportif".

UNE NUANCE:

L'utilisation des clivages naturels: Ceci est principalement visible avec la fluorine. Celle-ci se clive assez aisément (avec un peu de savoir faire tout de même!) selon des plans. A partir d'un cube, on obtient un octaèdre. C'est la majeure partie des octaèdres qui ne sont pas sur gangue, disponibles sur le marché. L'avantage est de pouvoir récupérer une forme cristalline présentable à partir d'un cube qui ne l'était plus du fait de coups...

Octaèdre  de fluorine obtenu par clivage
Octaèdre  de fluorine obtenu par clivage
Octaèdre de fluorine chinoise de 3 cm d'arête. On peut voir des zonations de couleurs qui étaient paralèlles aux faces initiales du cube.
u

 

Le specimen retravaillé: Il faut bien distinguer l'endroit de l'envers. Ici, nous présentons uniquement la partie minéralogiquement intéressante (exemple : la malachite cristallisée). Par contre le travail de l'envers ne peut être considéré comme une contrefaçon.

En ce qui concerne la modification des cristallisations, ceci peut se faire à l'aide de différents moyens chimiques et/ou mécaniques. Un exemple était un quartz qui avait subi quelques petits chocs lors de son extraction. Cette pièce attegnait une valeur...certaine, et pour la présenter sans monter que la main de l'homme avait été maladroite, de l'acide fluorhydrique avait été utilisé pour donner un aspect naturel aux cassures...(*)

Les pierres recontituées : La turquoise est l'exemple le plus courant. Des déchets de taille ou de la poudre sont assemblés à l'aide d'un liant pour obtenir une masse solide plus importante. L'utilisation de résines est possible, tout comme des matières plastiques. En ce qui concerne la turquoise, certains exploitants utiliseraient de la résine qu'ils injecteraient dans les couches de turquoise (encore en place), et ne pourraient l'extraire que lorsque cette résine se serait polymérisée. L'extraction serait impossible autrement du fait que la turquoise serait sous forme d'une boue emprisonnée...

Cependant, cela ne s'arête pas là. Ces techniques sont aussi utlisées par des restaurateurs d'antiquités et d'objets d'art. En effet, une commode Louis XVI dont le marbre est fendu pourra bénéficier des matériaux et savoir-faire actuels. On pourra ainsi "resouder" les différents parties sans que cela puisse se voir. Un risque cependant, réside dans la pérénité de l'opération : nous avons vu certaines restauration devenir de plus en plus visibles au cours du temps. Sur un marbre recollé, cela apparaît comme une veine de couleur devenant de plus en plus contrastée avec les autres... Le veillissement des résines est mal contrôlé, est des laboratoires ont travaillé sur les résines utilsées dans la reconstitution des dinosaures, par exemple. Un exemple désagréable de vieillissement visible est aussi apparu dansune collection de faïences anciennes : avec le temps, des morceaux entiers, qui avaient été reconstitués sont devenus de plus en plus jaunes avec le temps, montrant une différence de teinte avec le reste de la pièce... Il est inutile de décrire l'état d'esprit du collectionneur qui avait acheté la pièce comme étant parfaite et non reconstituée!!!

L'ambre est aussi concerné : du fait que c'est une matière qui fond facilement, des morceaux sont facilement agglomérés par simple fusion. On peut se consoler en se disant qu'il n'y a pas de matériau de synthèse ajouté! On trouve quand même, et de façon importante, de l'ambre non reconstitué...

Turquoise native (Coll. Lydia Guillou)
Turquoise travaillée (Coll. Lydia Guillou)
A gauche: turqoise brute.
A droite : turqoise travaillée en cabochon, montée sur argent.
u

 

A NE PAS CONFONDRE AVEC...

Le travail de la gangue (envers de la pièce) : il nous semble indispensable de parler ici de ce travail qui peut être effectué avec plus ou moins de finesse, en fonction des moyens techniques dont on dispose.
Le collectionneur sur le terrain ne voudra pas s'encombrer de kilogrammes superflus, surtout s'il se trouve à bonne distance de son moyen de locomotion. Aussi n'hésitera t'il pas à user de ses outils pour faire partir un morceau de gangue. Si cela s'avère trop risqué, le travail pourra être fait à l'aide d'une scie diamantée. Mais il est vrai que certains n'apprécient pas de voir une pièce à l'envers bien droit et lisse. Cela se comprend.
C'est pourquoi il existe un système dit de "blastage" (sorte de sablage avec des grains plus ou moins fins), qui permet d'attaquer la gangue à l'endroit où elle a été sciée, pour lui redonner un aspect naturel (cassure, zone de contact...). Ceci n'est en aucune façon un "traffic" de mineral. Les marchands de tels systèmes sont bien représentés et présentent leur matériel sur certaines bourses internationales...

Le nettoyage des minéraux : Là aussi, certains puristes diront qu'un minéral ne doit pas être nettoyé, et présenté tel qu'il a été trouvé. Il est extrêmement rare de trouver un minéral qui ne soit pas sali, soit par des oxydes de fer, soit par de la "boue", ou bien par d'autres produits secondaires qui découlent de l'altération de la roche encaissante et qui sont plus ou moins tenaces. Une fluorine (par exemple!), aussi belle et brillante soit-elle, sous une couche d'oxydes de fer ne présente aucun intérêt. Pour cela des produits divers peuvent être utilisés. Le plus difficile est d'utiliser celui (ou ceux) qui n'ont pas d'action destructrice sur la cristallisation qui nous intéresse... La Revue "Le Règne Minéral" présente depuis le mois de juin 2004 des méthodes de nettoyage.

Nous parlions d'utilisation d'acides pour mettre en valeur des pièces minéralogiques. Certes, il peut y avoir une dérive comme mentionnée ci dessus (voir *), mais son utilisation est particulièrement bien adaptée pour dissoudre le quartz de certain échantillons qui seraient invibles sans ce procédé. A titre d'exemple, nous pouvons prendre les derniers octaèdres de fluorine chinoise qui sont initialement noyés dans le quartz. Leur couleur bleu-vert est ainsi mise en valeur. Mais ceci s'est également vu pour quelques rares pièces de fluorine et barytine du Maroc qui étaient dissiulées sous plus d'un centimètre de quartz marron, sale, terne... et sans aucun intérêt minéralogique.

 

Carbure de silisium - cristaux de synthèse
Carbure de silisium - cristaux de synthèse
Carbure de silisium - cristaux de synthèse
Carbure de silisium - cristaux de synthèse
Carbure de silisium - cristaux de synthèse
Carbure de silisium - cristaux de synthèse

 

Ainsi, et nous le répétons, ceci n'a pour but que de developper un petit peu l'esprit critique du lecteur. Nous n'avons pas la prétention de tout savoir, mais nous tenons juste à informer quant aux surprises que l'on peut découvrir...

Par ailleurs, si vous êtes en posséssion d'un"faux" ou specimen qui n'est pas "conforme aux lois naturelles", vous pouvez aussi nous le faire savoir. Spathfluor se fera un plaisir d'enrichir cette rubrique... en restant discret, cela va de soi!

 

 

  

 

edelweis web concept
E. Guillou-Gotkovsky© 2000-2013
31/12/09